Gonaïves : les chevaliers de nuit se reveillent


Google images
Depuis environ un mois, les chevaliers de nuit se sont établis à Parc-Vincent, quartier populaire des Gonaïves. Le vendredi 3 juin 2016, aux environs de 3 a.m., ils ont cambriolé une maison et blessé deux personnes par balle.


Les deux victimes, M. Fequiere Jean et Mme Jocelyne Edouard, sont deux commençants. Selon Richardson Ludny, membre de la famille, les chevaliers de nuit étaient sans pitié. «D’abord, ils ont blessé ma mère par balle. Ensuite, ils l’ont piqué avec un couteau», a-t-il raconté. Les centres hospitaliers des Gonaïves étant dysfonctionnels, après beaucoup de démarches, les victimes ont été transportées à Saint-Marc.

M. David François, un résident du quartier, s’est élevé contre ces actes de banditisme qui sévissent dans la communauté. Avec beaucoup de vigueur, il a également dénoncé la « négligence » de la police locale. «Les bandits fréquentent la zone très souvent. Si la police était sensible à protection, il y aurait une patrouille mobile dans le quartier», a déclaré M. François.

Selon les riverains, il a quinze jours, plusieurs maisons des ruelles avoisinantes ont été cambriolées. Dans ce même quartier, un jeune homme de trente ans, propriétaire d’une petite entreprise, a été blessé par balle par des individus armés faisant irruption dans sa résidence, en pleine nuit.

Des cas de cambriolage sont également enregistrés dans d’autres quartiers de la ville. Ce réveil brusque des chevaliers de nuit inquiètent plus d’un. Les citoyens appellent les autorités concernées à redoubler d’efforts en vue de contrecarrer l’action des fauteurs de trouble.


JC