Jovenel Moise critique ses adversaires

Jovenel Moise (avec le Micro). 
Dans le cadre de sa campagne de proximité, le candidat à la présidence du Parti haïtien tèt kale (Phtk), M. Jovenel Moïse, s’est rendu dans l’Artibonite pour sensibiliser ses partisans. Au cours d’une émission spéciale réalisée aux Gonaïves, il s’en est pris à ses concurrents. M. Moïse a fustigé le comportement de ses derniers qui, selon lui, seraient obnubilés par le pouvoir.


Le surnommé « Nèg bannann nan » dit ne pas comprendre pourquoi les politiciens haïtiens ont du mal à s’entendre autour d’une idéologie commune. Pour élucider ses déclarations, le prétendant s’est référé à la dissolution des différents groupes créés au lendemain de la publication des résultats définitifs de la présidentielle. « Je suis la cible. Au lieu de s’unir pour me contrecarrer, ils ont préféré de se laisser guider par leur désir personnel », a-t-il regretté. En toute chose, a renchéri l’entrepreneur, l’intérêt de la masse doit être primé. Il demande à ses adversaires de faire le dépassement de soi en vue de sauver le pays.

D’un autre coté, le candidat a dénoncé un groupe de gens qui, dixit-il, s’érige contre tout changement dans le système. Il assimile ces personnes aux « forces des ténèbres ». Selon Jovenel Moïse, cette couche de la société souhaite maintenir le pays dans l’instabilité et l’inconstitutionnalité.  De son avis, ce groupe serait hostile à son élection à la magistrature suprême de l’Etat. « Le 7 février 2017, un président légitime doit prendre les rennes de la République pour rétablir l’ordre », a-t-il soutenu. Jovenel Moïse appelle ses partisans à être vigilants durant tout le reste du processus électoral pour éviter toute duperie. Il invite également l’institution électorale et l’exécutif à prendre leurs responsabilités.

En dépit des catastrophes naturelles et la situation compliquée des victimes, M. Moïse croit que les élections ne sont pas hypothétiques. D’après lui, Haïti n’est pas le premier pays à confronter ses genres de problèmes. « Pèp la swaf eleksyon. Pa gen wout pa bwa. 20 novanm bonè bonè ! », a conclu Nèg bannan nan.


JC