Gonaïves : des activistes saluent la ratification du Premier ministre

M. Guy Jack Lafontant 
Les proches du parti au pouvoir et des activistes politiques gonaïviens ont salué mardi la ratification du premier ministre désigné, M. Guy Jack Lafontant. Ils en profitent pour exprimer leurs préoccupations et rappeler au Chef de l’Etat, M. Jovenel Moïse, les promesses de sa campagne électorale. 


Herby Dalencourt, membre de la coordination départementale du Parti haïtien tèt kale (Phtk), a salué ce vote de confiance.  Il a félicité les parlementaires pour leur « diligence ». M. Dalencourt invite le premier ministre à se mettre au travail rapidement en vue de répondre aux desideratas de la population. « L’heure est à l’application du programme politique du président de la république », a-t-il soutenu. 

« Avec cette ratification, le Chef de l’Etat ne peut prendre aucun prétexte pour justifier ses négligences », a tranché M. Arsène Dieujuste, ex-député des Gonaïves. En dépit des « bonnes intentions » constatées dans le programme de M. Lafontant, il s’est dit pessimiste à la « réussite effective » du nouveau Gouvernement. « Vue la configuration politique du pays, je ne crois pas que le premier ministre aura la liberté d’appliquer réellement son programme », s’est préoccupé M. Dieujuste. 

Un avocat du barreau des Gonaïves, Me Frantz Altidor, a déploré l’absence des collectivités territoriales dans le programme du nouveau gouvernement. Il estime que c’est un mauvais présage pour l’avenir du pays. « Le développement durable n’est pas possible en dehors de l’implication des collectivités », a fait remarquer l’avocat. Il demande à l’administration Moïse-Lafontant de rectifier le tir si elle souhaite vraiment redorer le blason. 

D’autres membres de la communauté gonaïvienne ont accueilli favorablement l’arrivée du Dr. Lafontant à la tête du gouvernement. Cette ratification, ont-ils souligné, peut garantir une certaine stabilité politique et économique dans le pays. Dans l’optique de pallier les divers problèmes auxquels la population fait face, ces citoyens exhortent le premier ministre à travailler en étroite collaboration avec toutes les forces vives de la nation. « Quel que soit son origine sociale ou son idéologie politique, un cadre doit pouvoir servir le pays », a indiqué M. Lahens Honorat, étudiant à la Faculté de droit des Gonaïves. 

JC