Gonaïves/Drame : trois jours de deuil en mémoire des victimes

Le bus impliqué dans l'accident 
En hommage aux victimes du drame du 12 mars 2017, la mairie des Gonaïves a décrété trois jours de deuil au niveau de la communauté. Ces dispositions rentrent en vigueur ce jeudi et prendront fin samedi 18 mars, à l’issue des obsèques.    

Le directeur de communication de l’hôtel de ville, M. Samuel Thélusma, informe que les préparatifs vont bon train. Les proches des victimes, poursuit-il, se sont mobilisés pour ce dernier hommage collectif. Dans la soirée de vendredi, entre 7h p.m. et minuit, une veillée patriotique sera réalisée à Dolan, l’un des lieux du drame. Cette localité est située au nord de la ville.

Selon un communiqué de la mairie, samedi à 8h a.m., les funérailles seront chantées sur la place d’armes des Gonaïves.  Les autorités communales, le chef de l’Etat, M. Jovenel Moise, et des dignitaires seront présents à cette occasion. Tous les cadavres seront exposés sur le site. Les photos des victimes qui ont été déjà inhumées seront affichées à côté des cercueils. « Après la cérémonie funéraire, les cadavres seront remis à leurs familles pour les suites nécessaires », a souligné le maire, M. Neil Latortue.

Durant les trois jours de deuil, les radios et les discothèques sont invitées à jouer des musiques de circonstance. Dans les écoles, les institutions publiques et privées, les drapeaux sont en berne à l’exception du reste l’étendard jaune et vert (drapeau de la ville). Ce morceau de tissu déchiré flotte tranquillement dans le ciel, en face de la statue de Dessalines, sur la place d’armes.

L’administrateur du Conseil d’administration de la section communale de Poteau, Exantus Jean-Baptiste, a dénoncé son exclusion dans la gestion du drame.  Il déclare entendre les informations à la radio comme tout le monde. « Je n’ai pas été contacté ni invité à aucune réunion », s’en plaint-il. M. Jean-Baptiste dit souhaiter qu’une stèle ou un mémorial soit érigé dans sa section en mémoire des victimes qui serait actuellement au nombre de quarante.

J.C