RVC et Onu Femmes clôturent un projet de lutte contre les violences faites aux femmes

Mme Nétlande Pierre 

Après environ sept mois d’exécution, le projet de consolidation et de redevabilité des acteurs étatiques et des comités locaux en matière de violences faites aux femmes a été clôturé dans les communes de Saint-Michel de l’Attalaye, de Gros-Morne et des Gonaïves. La représentante du ministère à la Condition féminine et aux Droits de la femme dans l’Artibonite, Mme Nétlande Pierre, n’est pas totalement satisfaite. Elle exige que diligence soit faite pour que ce projet arrive effectivement à terme.

 Dans le cadre de ce programme, une campagne de mobilisation sociale et de changement de comportement, des séances de formation et de sensibilisation ont été prévues. Il devrait y avoir également l’octroi de microsubventions à trois organisations de femmes. Toutes ces activités n’ont pas été réalisées dans le délai qui a été imparti, a informé Mme Pierre. « À ce que je sache, des irregularités ont été enregistrées dans le décaissement des fonds... Mon souhait est que diligence soit faite pour que les activités arrivent à leur terme », a-t-elle déclaré.

 Parallèlement, la coordonnatrice départementale du Mcfdf a félicité la construction des centres d’hébergement de Gros-Morne et de Saint-Michel de l’Attalaye. Selon elle, ces bâtiments sont d’une grande importance. « Les victimes de violence conjugale seront logées dans ces espaces en vue de bénéficier de soins médicaux et d’un accompagnement psychologique adéquat », a précisé Mme Nétlande Pierre. 

En dépit des failles et irrégularités relevées par la responsable, les mairies des communes bénéficiaires se sont montrées pleinement satisfaites. Elles estiment que le projet va largement contribuer à la diminution de la violence dans leurs zones respectives. « Les droits des femmes et des filles une fois respectés, tout le monde verra se réduire le taux de violence sur cette catégorie », a indiqué la mairesse de Gros-Morne, Looligne Alexis. 

La spécialiste de programme à l’Onu femmes, Mme Nadège Beauvil, souhaite l’éradication de la violence faite aux femmes et aux filles du pays. Elle plaide en faveur d’une société libre de toute violence. Mme Beauvil invite la justice, la police et la société civile organisée à faire un travail de réseautage pour atteindre ce résultat. 

D’après Mme Nétlande Pierre, durant le premier trimestre de l’année 2017, près de trente-huit femmes victimes de violence ont été répertoriées dans la région. Le projet a été financé par la section Réduction de la violence communautaire (Rvc) de la Minustah et implémenté par l’agence Onu Femmes. 

- See more at: http://lenouvelliste.com/article/171414/rvc-et-onu-femmes-cloturent-un-projet-de-lutte-contre-les-violences-faites-aux-femmes#sthash.g7wzv3hZ.dpuf