Artibonite: la DINEPA Inaugure deux systèmes d’adduction d’eau potable

Le DG de la DINEPA au centre entrain de couper le ruban (Platana)
Le directeur général de la Direction nationale d’eau potable et d’assainissement (DINEPA), M. Guyto Edouard, a inauguré, les 12 et 13 juillet 2017, les travaux de réhabilitation et d’extension de deux Systèmes d’Adduction d’eau potable (SAEP)  dans le haut-Artibonite. L’un se trouve à Platana, 1ère section de de Saint-Michel de l’Attalaye et l’autre à K-Philippe, une localité de Terre-Neuve.  Ces infrastructures sont réalisées dans l’objectif de garantir une meilleure santé aux bénéficiaires.  


D’après l’ingénieur Cindy Farah Cyprien, chef de projet à la DINEPA, à partir de la réhabilitation du «captage Nan Gad», le réseau de Platana peut approvisionner 9 149 personnes. La distribution de l’eau se fait à travers onze kiosques et des branchements. Une chambre de chloration est construite en amont en vue de purifier l’eau de boisson. Dans le cadre de ces ouvrages, le captage Sanon a été également retouché et clôturé. A K-Philippe, poursuit Mme Cyprien, 5 082 personnes ont actuellement accès à l’eau potable. Quinze kiosques avec compteurs [alimentés par un réservoir de 65 mètres cube] sont repartis dans toute la zone.

Dans les deux localités, les citoyens sont très exposés aux maladies hydriques. En raison du manque d’infrastructure, l’épidémie de choléra avait fait de nombreuses victimes. Pour réduire la vulnérabilité des populations, des blocs sanitaires ont été érigés.  Les autorités locales ont applaudi la finalisation de ces SAEP qui, ont-ils dit, les aideront à améliorer les conditions sanitaires de leurs mandants. «Ces réalisations sont très  importantes. Nous nous engageons à assurer leur pérennité», a déclaré Emile Saint-Louis, CASEC de Platana.

Les ouvrages ont été financés par la coopération espagnole (Aecid) et la Banque interaméricaine de développement (BID). M. Edouard s’est réjoui de cette «contribution significative» permettant à la Dinepa de satisfaire les besoins des bénéficiaires. «Le Chef de l’Etat avait insisté sur la mise en œuvre de ces projets. Il était de notre devoir de passer à l’action», a-t-il indiqué. Le directeur s’est beaucoup accentué sur la protection des SAEP qu’il assimile à des patrimoines. «Lorsque vous décidez de revendiquer vos droits, ne vandalisez pas les installations», a-t-il conseillé. M. Edouard encourage les bénéficiaires à cotiser et à supporter les actions des comités de gestion.

Le directeur régional de la DINEPA, M. Nesly Gélin, a promis tout son accompagnement aux structures locales. Il envisage une campagne de végétation dans les parages des sources captées pour protéger leur débit. Des visites d’explorations seront effectuées dans d’autres localités de la région en vue d’analyser les ressources disponibles. « Avec DINEPA, tout le monde doit avoir accès à l’eau potable », dixit l’ingénieur.

Le budget de la DINEPA est trop faible, a estimé M. Edouard. Il plaide en faveur d’une augmentation. Selon lui, les 85 millions de gourdes octroyées à l’institution ne représentent que 2% de ses besoins réels. « N’étaient les bailleurs, nous aurions du mal à agir », a-t-il expliqué. En ce sens, il invite les parlementaires à soutenir l’institution.


JC