Jovenel Moïse appelle à un « dépassement » pour concrétiser l’idéal dessalinien

Le Président Jovenel Moïse Photo: Le Nouvelliste 

En face de la statue de Jacques 1er, à Dessalines, le chef de l’Etat, Jovenel Moïse, a renouvelé mardi 17 octobre 2017 son engagement à faire d’Haïti un Etat souverain. Comme en rêvait Jean-Jacques Dessalines, le Père de la nation. Pour y parvenir, le président exhorte tous les acteurs à mettre de côté leurs intérêts et toutes les choses qui tendent à ruiner l’édifice social.

Droit dans son costume blanc, visage serein, le président s’affiche comme un fonceur. Ecoutant son discours qui ne suscite pas trop de réactions dans le public, on dirait que le défi est son apanage. M. Moïse s’insurge contre les « turbulences périodiques » et « l’instabilité chronique ». Il fustige les gens qui s’érigent en obstacle au développement durable du pays. Le chef de l’Etat assimile leur attitude à l’« assassinat permanent de la mémoire de Dessalines ».

Dans sa lutte contre la misère et l’inégalité sociale, Jovenel Moïse n’entend pas faire marche arrière. Il s’est dit prêt à consentir des sacrifices pour refaire l’image du pays qui est né « dans l’héroïsme et la confraternité ». Le chef de l’Etat projette de prendre des « décisions difficiles ». Celles-ci, a-t-il expliqué, vont attaquer les intérêts de certains « petits groupes ». Il a surtout mis l'accent sur le secteur énergétique. « La redistribution des richesses doit être faite sans aucune exclusion », a tranché le président.

Depuis l’assassinat du fondateur de la patrie, a souligné M. Moïse, les liens qui unissent les fils et filles du pays ont fait place à la division. Selon lui, cette situation affaiblit les élans citoyens et paralyse le développement économique et social du territoire. « L’heure de la rupture a sonné ! », a déclaré le président. Il invite tous les acteurs à se dépasser, à s’unir comme un seul homme en vue de construire un pays où il fait bon vivre. « Nous engager dans cette voie, c’est casser les spirales de la pauvreté et poser les bases de la réorientation et de la refondation nationale », a estimé le chef de l’Etat.

Jovenel Moïse a lancé cet appel à la sérénité le jour de la commémoration du 211e anniversaire de l’assassinat du fondateur de l'État haïtien Jean-Jacques Dessalines. Ainsi, il espère sensibiliser ou rallier les leaders de l’opposition qui, depuis quelques semaines, exigent sa démission de la magistrature suprême de l’Etat.

JC/Le Nouvelliste