Gonaïves : la commission diocésaine Justice et Paix dénonce la corruption et l’impunité


Quelques semaines après sa 34e assemblée, la commission Justice et Paix du diocèse des Gonaïves a dressé un rapport accablant du fonctionnement de l’administration publique, notamment de l’appareil judiciaire. La corruption et l’impunité, selon l’organisation, sont à leur paroxysme. Elle dénonce la gabegie de ce secteur et appelle les autorités à se responsabiliser.

Le directeur de la commission paroissiale, le révérend-père Alexis Robinson, dit constater que la corruption bat son plein dans le pays. Ce « mal », comme il le désigne, est un grand obstacle au développement d’un pays. La corruption est présente à tous les niveaux de la société, selon le prêtre. Justice et Paix estime que la population est la plus grande victime des excès de zèle des autorités publiques. Le mandat qu’elle donne aux élus ne joue pas en sa faveur. Déchéance et exploitation. « Les autorités utilisent leur pouvoir pour entreprendre leurs activités personnelles alors que le peuple patauge dans la misère », a regretté le directeur.

Une justice au service de la politique

D’après le rapport, toutes les institutions publiques déconcentrées de la région et les hôpitaux fonctionnent très mal. Le trafic d’influence règne. Même la justice, qui devrait être au-dessus de la mêlée, a souligné l’organisation, est dominée par la politique. Cette situation occasionne l’intégration des « incompétents » dans le système. Les cadres ou les employés s’écartent de leur véritable mission. « La majorité des juges se mettent au service de leurs patrons et de leur clan politique », a déclaré le révérend.

La faiblesse du système judiciaire, a rapporté la commission, renforce le phénomène d’insécurité qui s’étend sur tout le territoire national. « La justice est trop éloignée de la population. C’est la justice populaire qui prévaut », a-t-elle renchéri en citant des cas d’assassinat enregistrés à Saint-Michel de l’Attalaye, Saint-Marc et Petite-Rivière de l’Artibonite.

La dernière assemblée générale de la commission diocésaine a été réalisée aux Gonaïves du 5 au 8 octobre 2017 sur le thème « Ak espwa n ap konbat koripsyon ak enpinite pou n rebati Ayiti ». Cinquante-huit délégués issus des 25 commissions paroissiales étaient présents à cette activité annuelle.

JC/Le Nouvelliste