Gonaïves-carnaval : le comité admet des failles et critique la police

Des membres du comité d'organisation du carnaval de l’indépendance  
Deux jours après le déroulement de la deuxième édition du carnaval de l’indépendance, le comité organisateur a dressé son bilan. Pas de satisfecit. C’était l’occasion de fixer des responsabilités et d’exiger une place de choix au comité du carnaval national de 2019.

Durant les trois jours de festivités, l’inspecteur Jean-Marie Rochenel a informé que trente personnes ont été interpellées. Trois d’entre elles seront déférées par devant la justice répressive. Trois armes blanches ont été saisies et cinq blessés dont un policier en service ont été enregistrés. « Par rapport à l’année dernière où il a eu 35 blessés, c’est un succès », s’est réjoui M. Rochenel qui a salué le dévouement de ses collègues issus de différentes unités.  

Les dispositifs de sécurité critiqués

Les dispositifs de sécurité de la police n’ont pas été totalement appréciés par le comité. Le secrétaire, M. Paul Emmanuel Laurent, dit relever des « inconvénients ». Selon les « reproches » qui lui auraient été faites, il estime que la police n’a pas fait une « gestion de belle famille ». Quand il y a du désordre, a tranché le secrétaire, la première intention de la police ne doit être ni de frapper ni de bousculer.

Pour sa part, le président du comité, M. Réginald Jean-Baptiste, a critiqué la police d’avoir interdit aux chars de faire deux tours. D’après lui, cette décision est à l’origine de l’absence des artistes gonaïviens Soyeto et de Dodly G sur le parcours.  « Jusqu’à présent, j’ignore le sens de cette mesure, a lâché M. Jean-Baptiste. Et si nous avions douze chars ? » En guise de réponse, l’inspecteur Rochenel a rappelé que tout a été défini auparavant et que les policiers déployés ne pouvaient travailler sans relâche. « Pour des résultats efficaces, les policiers doivent se reposer un peu. Ils ne sont pas responsables des irrégularités », a-t-il déclaré.

Un carnaval à la « dimension humaine »

Le comité a reconnu que les festivités ont été émaillées de « lacunes graves ». Il a mis l’accent sur la configuration du parcours et les retards « nuisibles ». Les organisateurs ont expliqué que les irrégularités sont dues aux faiblesses de la logistique, poumon des activités. « Le carnaval n’était pas totalement parfait ni totalement imparfait... Nous avons fait une chose à la dimension humaine », a justifié le comité. Les organisateurs avouent tirer des leçons. Ils ont promis de mieux préparer les prochaines éditions.

Se glorifiant de ses prouesses décriées par la communauté, le comité exige sa participation active au carnaval national de 2019. A cette grande manifestation culturelle, il entend jouer un rôle important si ce n’est le principal. « Se yon kanaval kap vin fet lakay nou. Nou pap ka lagel nan men moun pou yo fè, a averti M. Laurent.  Nou konn fè e nou ka fè. »


JC