Des agents pour protéger l’environnement artibonitien



Les nouveaux agents environnementaux. Photo: Le Nouvelliste
L’Artibonite est l’un des départements du pays qui sont en proie à une dégradation accélérée de l’environnement. Les ressources naturelles sont exploitées de manière abusive. La gestion des déchets dans les zones urbaines devient un problème majeur. Les risques et désastres s’amplifient. Afin de pallier cette situation inquiétante, le vendredi 13 avril 2018, 45 nouveaux agents environnementaux sont officiellement déployés dans la région, à raison de trois par commune. Marmelade en avait déjà deux. Ils vont travailler en étroite collaboration avec les élus locaux.
 
De lourdes responsabilités attendent ces agents. Les axes prioritaires inscrits dans la feuille de route définissant leur mission sont, entre autres, la gestion des déchets et la lutte contre toute forme de pollution, le reboisement et la reforestation, la protection des bassins versants et des zones côtières. En outre, ils devront contribuer à la gestion des risques naturels liés aux changements climatiques et à la surveillance environnementale des carrières, des mangroves et des forêts. Les agents seront très impliqués dans l’élaboration des plans communaux de développement (PCD), a indiqué le directeur départemental de l’Environnement, M. Noverlyn Edmond.

À travers des émissions radiophoniques, a indiqué M. Edmond, les techniciens effectueront des campagnes de sensibilisation massive. Ils auront à animer également des séances de formation relatives à l’environnement à l’intention des cadres de l’éducation. Les bénéficiaires, de leur côté, auront à restituer ces formations aux élèves de leurs juridictions. « Nous espérons opérer un changement de comportement positif face à l’environnement et permettre à la population de s’adapter aux changements climatiques », a déclaré le directeur.

Les agents ont pris fonction en présence de la directrice générale du ministère de l'Environnement, madame Nicole Yolette Altidor, des élus locaux et du responsable régional de la protection civile, M. Faustin Joseph. Ils ont juré de s’acquitter de leur tâche avec minutie. Pour eux, c’est un honneur de servir leurs communautés. Ces techniciens sont des contractuels de neuf mois. Ils n’ont pas encore de moyens adéquats à leur disposition. Noverlyn Edmond explique que cette situation est due aux faibles moyens du ministère de tutelle. Néanmoins, il informe que des séminaires visant à renforcer leurs capacités seront réalisés.

Dans l’Artibonite, la couverture végétale est considérablement réduite. À Saint-Marc et aux Gonaïves [principalement], les sous-bassins versants se transforment en bidonville. Les services d’urbanisme se meurent. La population –inconsciente des dangers- profite du laxisme des autorités. Les choses vont de mal en pis. Pour combattre la déforestation, la direction départementale du MDE mise sur les deux centres de germoplasme qui seront installés dans la région. Chacune de ces installations produira, selon les informations, 4,5 millions de plantules par an.


JC/Le Nouvelliste